Point de conjoncture, par Rothschild & Co AM Europe

Combiner innovation et expérience  pour élaborer des solutions d’investissement sur-mesure, source de création de valeur sur le long terme

Note de conjoncture

Rothschild & Co Asset Management Europe

La fin du cycle de resserrement monétaire ?

Les marchés d’actions ont légèrement consolidé au cours de ce troisième trimestre, sans remettre en cause les bonnes performances réalisées sur la première moitié de l’année.

Le marché chinois continue de décevoir alors que les autres zones géographiques se sont quasiment maintenues à l’équilibre mais la dynamique économique mondiale et les réactions des marchés restent difficiles à analyser. Le ralentissement économique tarde à se matérialiser, tandis que l’inflation, après une première phase de normalisation aussi logique que « facile », se stabilise sur des niveaux encore trop élevés et met les banques centrales face à un dilemme sérieux.
Le consensus et l’OCDE anticipent respectivement une croissance américaine 2023 à 2,1 % et 2,2 %. La croissance européenne a, quant à elle, plutôt déçue, à 0,6 % pour 2023. La Chine reste confrontée à une activité en recul et à une crise profonde de son secteur immobilier face auxquelles les autorités multiplient les mesures de soutien pour atteindre leur objectif de croissance de 5,1 %.
L’inflation a également été un point de différenciation entre les régions. Aux États-Unis, le taux d’inflation sous-jacente reste élevé mais reste sur une dynamique rassurante de ralentissement. En Europe, celle-ci met davantage de temps à se normaliser poussant la BCE à relever ses taux une nouvelle fois en septembre. Ce resserrement explique, pour partie, la performance en retrait des actions de la Zone euro tandis que les marchés émergents et les États-Unis finissent quasiment à l’équilibre en euro. Confrontés au discours des banques centrales et aux risques liés à la soutenabilité des dettes souveraines, les emprunts d’État se sont logiquement repliés.
Les banquiers centraux continuent de s’interroger sur le caractère suffisamment restrictif de leurs politiques monétaires. Leur communication tend vers l’arrêt de leur cycle de hausses de taux directeurs, mais tout autant sur la nécessité de maintenir ces derniers sur les niveaux actuels aussi longtemps que nécessaire pour contraindre durablement l’inflation. Plusieurs scénarios peuvent, dès lors, se produire :

  •  L’économie mondiale ne ralentit pas et reste soutenue par le dynamisme des États-Unis et par le redémarrage de la Chine. Les taux continuent de monter, alors que les banques centrales sont dans l’impossibilité de baisser les taux directeurs. Les risques de récession augmentent très sérieusement, sur fonds de chute du prix des actifs financiers.
  •  Le durcissement des conditions financières engendré par les hausses de taux successives finit par lourdement impacter la consommation des ménages qui voient le coût de leur dette augmenter fortement. En Europe, la croissance ralentit depuis le deuxième trimestre sous l’effet du resserrement monétaire, de la faiblesse de la consommation et d’un moindre support public et finit par s’installer en territoire récessif. Les actifs risqués pâtissent de la situation de fort ralentissement tandis que le rythme de décrue de l’inflation conditionne le comportement des titres obligataires avec une volatilité toujours importante. Dans le cas d’un scénario de stagflation favorisé par un rebond du pétrole, l’ensemble des classes d’actifs serait durement touché.
  • L’inflation poursuit sa décrue aux États-Unis comme en Europe et s’accompagne d’un ralentissement maîtrisé et progressif de la croissance. Une désinflation s’engage plus nettement en début d’année prochaine et peut permettre d’envisager, dans la seconde partie ou à la fin de l’année 2024, un retournement des politiques monétaires. La volatilité baisserait sur les marchés de taux qui offriraient rapidement des perspectives intéressantes, tandis que les actions, après avoir évolué dans un couloir étroit, pourraient légèrement s’apprécier.

Baromètre

baromètre

Découvrir Afer Premium

Découvrez Afer Premium, un fonds multi actifs flexible et innovant, qui investit à la fois dans des classes d’actifs cotés comme les actions, les obligations, ou des stratégies de gestion alternative ; mais aussi, dans des classes d’actifs non cotés comme le private equity, l’immobilier ou les fonds de crédit.



À voir également

25juin

Assemblée Générale

19août

Soirée Afer

S'inscrire